• J'aime observer les gens dans le métro. J'aime tenter de résister au pouvoir d'indifférence que tous ces visages inconnus exercent sur moi. J'aime les observer longuement pour les rendre moins anonymes, pour tenter de leur inventer une histoire, pour percer à jour les fêlures de leur regard. J'aime me souvenir qu'ils ne sont pas nés avec cette résignation qui transpire par tous leurs pores, qu'elle n'est que la conséquence d'un choc quotidien de leurs rêves contre les parois de la réalité, qu'ils sont tous des ex-enfants rêvant de devenir grands et qui prennent conscience d'être coincés quelque part entre leur néant antérieur et leur mort à venir.

    Je veux réussir à les aimer avant le terminus, je prie pour eux, je veux croire qu'il y a quelque chose de grand à faire de notre humanité.

     

    Puis un individu monte à la station suivante en mettant à plein volume sur son portable une chanson de Jul. Fin de l'histoire.

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires